jeudi 12 octobre 2017

GRANDE SURFACE OUVERTE LE DIMANCHE : C'EST NON

  Le magasin Distri Center de Ploufragan a demandé l'autorisation pour ouvrir 4 dimanche en 2018.
  Je me suis opposé à cette demande en rappelant que le conseil municipal n'avait déjà pas donné suite à une demande similaire l'an dernier et qu'il serait bon de donner cette année le même avis.
  L'ouverture des magasins le dimanche, c'est une revendication patronale. On ne prend jamais en compte le point de vue des salariés. C'est ce point de vue qui m'intéresse. Les salariés de la grande distribution ont droit comme les autres au repos le dimanche. Je sais qu'avec Macron, les possibilités d'ouverture peuvent aller jusqu'à 12 dimanches par an. Pour autant je ne considère pas cela comme un progrès social. Les organisations syndicales de salariés ont donné un avis négatif sur cette demande d'ouverture. Je partage leur position. La flexibilité du travail est dans l'air du temps mais c'est au détriment des conditions de vie et de travail des salariés. Il faut combattre la régression sociale. S'opposer à l'ouverture des grandes surfaces le dimanche est un premier signe.

mercredi 13 septembre 2017

CHAFFOTEAUX CONDAMNE APRES 15 ANS DE PROCEDURE

   Un travailleur de Chaffoteaux, exposé pendant des années à des produits chimiques et toxiques-Il travaillait au remplissage de la chaîne peinture de l'atelier brasage-, était tombé malade en 2002. Son état de santé ne fit qu'empirer au fil du temps lui rendant toute reprise impossible. Mais la direction a toujours contesté le lien entre sa maladie et le maniement des peintures, solvants et autre toluène.
   Après 15 ans de procédures à n'en plus finir menées avec détermination par sa famille, l'entreprise a finalement été condamnée à la faute inexcusable.
   Cela veut dire que Chaffoteaux devra payer. Certes cela ne fera pas recouvrer la santé à ce travailleur, mais c'est la preuve de la responsabilité totale du patron dans cet empoisonnement.

vendredi 1 septembre 2017

MACRON VEUT ETRANGLER LES COMMUNES ! L'AUSTERITE CONTINUE

   Durant l'été, le nouveau gouvernement a pris une série de mesures antisociales. La fin du compte pénibilité qui devait permettre à certains salariés soumis à des travaux pénibles de partir plus tôt à la retraite a quasiment été actée.
   Hausse de la CSG pour les salariés et les retraités en vue. Diminution des APL touchées par les plus pauvres alors que l'impôt sur la fortune sera réduit.
   Et le pire est à venir avec les ordonnances réformant le Code du travail, que les députés ont autorisées.
   Pour faire passer la potion amère et cacher ses attaques contre les classes populaires, le gouvernement peut sortir quelques mesures mineures comme les annonces de baisses d'impôts. Cela ne doit tromper personne. Seuls les riches seront servis.
   Quant à la baisse de la taxe d'habitation, il reste à voir comment elle sera compensée dans les finances des collectivités locales.
   Le gouvernement veut imposer 13 milliards d'économie sur les 5 prochaines années à ces mêmes collectivités. Cela vient après les 3 dernières années d'économies supportées par les communes. La poursuite de l'austérité va engendrer des situations dramatiques, en particulier dans les communes les plus pauvres. Ces milliards manqueront aux services utiles à la population. Cela voudra dire moins de moyen pour les écoles, la voirie, la culture et l'aide aux personnes âgées.
   La population pâtira inévitablement de la réduction de ces services publics essentiels. Dans le même temps, les cadeaux au grand patronat seront renforcés.
   L'été, c'est la période des vacances, mais c'est aussi le moment où l'on doit réfléchir à comment rendre les coups qui sont portés. Il faut préparer la riposte sociale.

Tribune de Martial COLLET, parue dans la gazette de Ploufragan de septembre 2017.

mercredi 2 août 2017

AUDITORIUM ET FINANCES PUBLIQUES

   Une réunion extraordinaire du conseil municipal s'est tenue le 20 juillet 2017 avec comme unique point : La construction de l'auditorium.
   La procédure de maîtrise d'oeuvre pour la construction de l'auditorium lancée il y a plusieurs mois a été déclarée sans suite. Une nouvelle procédure devrait être lancée en septembre. Cela entraînera un retard d'au moins 6 mois sur le projet et sans doute une augmentation de celui-ci.
   J'avais émis des réserves sur la construction de cet auditorium lors du budget communal en fin d'année dernière estimant que ce n'était peut  être pas une priorité compte tenu de l'existence de beaucoup de salles de spectacles dans les communes de l'agglomération Briochine et dans la commune, de la salle des Villes Moisans.
   La majorité municipale avait estimé que la commune avait besoin d'un auditorium et le maire l'a confirmé lors de ce conseil.
   J'ai demandé si la nouvelle politique financière du gouvernement à l'encontre des communes avec la suppression de la taxe d'habitation et ses conséquences sur les ressources de la commune n'obligeait pas à repenser le projet de l'auditorium. N'était-il pas urgent d'attendre ?
   Pour le maire, la commune a les moyens de mener a bien ce projet sans augmenter les impôts des ménages.
   Soit ! Affaire à suivre.

jeudi 1 juin 2017

PROSPECTION MINIERE ET AGITATION ELECTORALE

  Comme les autres candidats de la 3ème circonscription des Côtes d'Armor, j'ai reçu un courrier de l'association Vigil'oust au sujet des prospections minières dont le groupe Variscan a obtenu l'autorisation par Macron, lorsqu'il était ministre de Hollande.
  Cette association, comme d'autres est opposée aux activités du groupe Variscan et a organisé plusieurs manifestations où la population locale a répondu à chaque fois présent massivement.

  Lors des élections régionales de 2015, j'avais déjà exprimé ma solidarité envers la population, indiquant partager ses inquiétudes et ses interrogations en matière de respect de l'environnement et approuvant les doutes concernant ce groupe Variscan, préoccupé avant tout  de rentabilité financière.

  Mon opinion n'a pas changé en 2017. Mais j'ai refusé de m'associer à une prise de position commune de 5 candidats allant de l'écologiste, en passant par celui de droite et celle du PC ou du FN.

  Cette alliance sans principe a fait couler beaucoup d'encre.
 Chaque candidat réaffirmant qu'il serait le meilleur défenseur de la cause environnementale locale s'il était élu. Or parmi les signataires figurent un élu du conseil régional et le député sortant dont les partis au pouvoir ont favorisé le pouvoir patronal et leur emprise sur la société à de multiples occasions.

  Dans ces conditions, quelle valeur accorder à leur lettre adressée au nouveau ministre de Macron, Hulot ?

  Pour ma part, je continuerai à défendre l'idée que le capitalisme en crise mène la société à la ruine et à l'épuisement des ressources naturelles parce qu'une minorité d'actionnaires avides est prête à tout sacrifier au nom du profit. C'est la raison pour laquelle nous disons que les travailleurs doivent contrôler l'activité des grands groupes qui imposent leur véritable dictature sur l'ensemble de la société. Cette dénonciation continuera bien au delà de cette campagne électorale.